| Qui sommes nous | Histoire | Convictions | Actualités |
| La vie de la communauté | Réflexions | Textes Fondateurs|

 

CONVICTIONS

Fondamental  Dogme  Ecclésiologie   Sacrements  Éthique

FONDAMENTAL   
       

                                 « Tenons-nous en à ce qui a été cru partout, toujours et par tous,
   
                                 car cela est vraiment et proprement catholique. »
                                                    St Vincent de Lérins

                         « Dans les choses nécessaires : l'UNITE.
                                    Dans les choses douteuses : la LIBERTE
                                    En toutes choses : la CHARITE »
                                                    St Augustin

Ces deux formules éclairent nos positions. Notre référence, c'est l'église indivise du premier millénaire chrétien, avant les grandes cassures. Nous nous référons aux 7 premiers conciles, les seuls à être vraiment oecuméniques. Nous récusons le concile de Trente (plus particulièrement ses décisions disciplinaires) où manquait une bonne partie de la chrétienté (orthodoxes et protestants).

Par rapport aux fidèles de Mgr Lefèvre qui se disent « traditionalistes », mais ne font remonter leur « tradition » qu’au concile de Trente au 16ème siècle (un concile « anti » pourrait-on dire), notre tradition remonte aux origines de l’église … et cela donne à l’église une ouverture d’esprit qui lui permet de s’adapter sans difficulté au monde moderne. « La vraie tradition de l’église, c’est de changer en permanence pour pouvoir annoncer aux hommes de chaque époque et de chaque culture le message éternel et immuable ».

Oecuménique, l'église vieille catholique l'est, pensant l'unité de l'église comme une unité dans la diversité. Elle est co-fondatrice du Conseil Oecuménique des Eglises. Unité sur l'essentiel, l'essentiel étant ce qui est révélé dans l'Ecriture Sainte. Diversité possible sur tout le reste: il n'est pas nécessaire de penser la même chose sur tous les sujets ni d'avoir les mêmes coutumes pour être en communion, à condition, bien sûr, que règne l'amour fraternel. Nous considérons la diversité des traditions dans les différentes confessions chrétiennes comme une richesse à partager.

 Fondamental  Dogme  Ecclésiologie   Sacrements  Éthique

 

DOGME

L’église vieille catholique ne s’est pas créé sa propre confession de foi. Pour nous c’est la confession de foi des conciles de Nicée (325) et de Constantinople (381), acceptée par toute la chrétienté, qui est l’expression du résumé de la foi chrétienne.

L’église vielle catholique rejette des formulations de foi excessives comme, par exemple, certaines doctrines sur Marie et les Saints et certaines théories sur l’Eucharistie.

L’église vieille catholique rejette bien évidemment les nouveaux dogmes de 1870 : l’infaillibilité pontificale et la juridiction suprême et directe de l’évêque de Rome sur toutes les églises, parce que non fondées sur les Saintes Ecritures. Nous sommes prêts à reconnaître à l’évêque de Rome une primauté d’honneur « Primus inter pares = premier parmi des égaux » comme aux origines, mais certainement pas à lui reconnaître un pouvoir direct quelconque sur les églises particulières. Les églises locales sont, par nature, indépendantes même si elles se doivent, autour de leur évêque et avec leur synode, de rechercher la communion avec les autres églises locales. « Facilitateur » de la communion entre les églises locales, tel pourrait être un des aspects du ministère de l’évêque de Rome.

L’église vieille catholique rejette également les nouveaux dogmes mariaux de l’immaculée conception (1854) et de l’assomption (1950), comme non contenus dans l’écriture.

(Voir « Déclaration d’Utrecht » et « Déclaration sur l’assomption » dans les documents)

Fondamental  Dogme  Ecclésiologie   Sacrements  Éthique

ECCLESIOLOGIE

Chaque église, indépendante, peut avoir, du fait de sa propre histoire et de la culture dans laquelle elle est plongée, un fonctionnement légèrement différent des autres églises. Mais partout prévaut le principe épiscopo-synodal. C'est le synode, en union avec l'évêque, qui prend toute décision concernant la vie de l'église. Ainsi, par exemple, en ce qui concerne l’ordination des femmes, c’est le synode de l’église d’Allemagne qui, le premier, après mûre réflexion et de longues discussions, a pris la décision de l’introduire dans l’église. Des synodes d’autres églises ont suivi.

Le synode se compose des membres du clergé et de membres élus, délégués des différentes paroisses et communautés. C’est le synode qui élit l’évêque.

La même organisation se retrouve au niveau des paroisses et des communautés de base. C’est le conseil paroissial, élu par les fidèles, qui prend toute décision : il élit le curé.

Ainsi, on peut dire que, dans l’église vieille catholique, tout le monde a droit à la parole.

Fondamental  Dogme  Ecclésiologie   Sacrements  Éthique

SACREMENTS

Les sacrements sont au nombre de sept. En plus du baptême au nom de la Sainte Trinité, et de l’Eucharistie comme sacrements les plus importants, l’église vielle catholique reconnaît :

-         la confirmation comme achèvement du baptême par le Saint Esprit. Comme signe de l’unité de l’église, elle est dispensée par l’évêque.

-         la pénitence comme signe de contrition et de réconciliation avec Dieu et son Eglise. La confession personnelle n’est pas obligatoire.

-         l’onction des malades comme réconfort dans la maladie.

-         Le sacrement de l’ordre conférant la grâce pour présider le service divin et participer à la direction de la paroisse.

-         Le mariage comme l’alliance la plus complète entre l’homme et la femme et, par là, image de la communion entre Dieu et les hommes.

Fondamental  Dogme  Ecclésiologie   Sacrements  Éthique

ETHIQUE

L’église n’a pas à s’immiscer dans la conscience personnelle des hommes.

Pour chaque homme, la conduite de sa vie relève exclusivement de sa conscience personnelle. Pour le chrétien qui fait référence à l’Ecriture Sainte, c’est également sa conscience personnelle qui est appelée à décider en dernier ressort. Après avoir consulté l’Ecriture et prié, le chrétien prend la décision qui lui paraît la meilleure étant donné les circonstances : c’est sa responsabilité personnelle devant Dieu et l’église n’a pas à l’obliger à quoi que ce soit  ou à lui faire un quelconque chantage.

Pour un vieux catholique, il est inconcevable qu’on puisse obliger des hommes à confesser, en public ou en privé, leurs fautes à un prêtre, sous prétexte que ce serait la seule manière d’obtenir le pardon.

Pour un vieux catholique, il est impensable qu’on puisse interdire ou prescrire telle ou telle forme de contraception. C’est la conscience personnelle de chacun qui doit être prise au sérieux.

Pour un vieux catholique, il est inconcevable que quelqu’un puisse être exclu de la communauté parce qu’il a échoué sur le plan conjugal ; on lui donnera même la possibilité de conclure un nouveau mariage religieux.

Pour un vieux catholique, il est impensable que des hommes, parce qu’ils vivent différemment, puissent être exclus de la communauté.  

Fondamental  Dogme  Ecclésiologie   Sacrements  Éthique

 

Début de page

| Qui sommes nous | Histoire | Convictions | Actualités |
| La vie de la communauté | Réflexions | Textes Fondateurs|